Dernières nouvelles
par ordre chronologique décroissant.

Le sommaire général en direct.
Septembre 2006

St-Hilaire est le rassemblement mondial sur trois jours de tout ce qui "vol libre"...
Un endroit et un moment magiques. Je vous le conseille, même en dehors de cette fête, pour découvrir le massif de la chartreuse.

la coupe icare.

juillet 2006

En dernière minute, nous avons décidé de visiter un pays complètement différent du notre, sur un autre continent mais pas distant pour éviter les pertes de temps et les frais de transport.
Nous avons choisi le Maroc... 3 heures de vol, vie bon marché, on parle français et les paysages sont extraordinaires.

Sommaire pour le Maroc.

Mardi 08 novembre 2005

La descente vers le sud et Sydney se fait lentement... Le froid et la pluie des "Blue Mountains" nous font un avant-goût du retour en France.

Depuis 8 heures, le 26 août 2005, nous sommes en Australie.

Le nouveau numéro de portable où vous pouvez nous joindre :
+61 4 09 86 04 28
N'oubliez pas les 8 heures de décalage.

DARWIN.
Après avoir passé la douane sans problème malgré la drogue, les aliments périssables, les matières toxiques, les chaussures souillées, les objets interdits, les pensées malsaines et l'absence de billets de retour, nous débarquons à Darwin.
Le choc des prix et la qualité médiocre des prestations nous font hésiter sur le choix de notre destination. Après un moment de flou artistique, nous décidons d'acheter un 4X4 et de prendre la route... Go plein Sud, puis Nord-est, puis Est, puis Nord et maintenant Sud par la côte Est... Les routes et les pistes sont longues, désertes, difficiles, les connexions internet également. Excusez-nous du peu..

Le sommaire pour l'Australie.

Vendredi 26 août

à 3h20, nous prenons l'avion pour Darwin Australie. Nous aurons donc un nouveau numéro de téléphone et d'autres paysages... A+

Ballade à Bali.

Une carrière.

Nous avons un numéro de portable où vous pouvez nous joindre à Bali avec 6 heures de décalage en plus :
+62 (0) 81 338 108327

De retour de Lombok, nous avons changé de villa à Sanur, Bali.

Mercredi 17 août

Enfin, nous avons l'extension du visa indonésien jusqu'à la fin du mois d'Août... Dans la foulée, nous avons été au consulat d'Australie pour les formalités de visite. Pas de problèmes : visa electronique pour une durée de 3 mois. Nous pensons à voyager en bateau...

Du mercredi 10 au lundi 15 août

Découverte de Lombok en Mobylette... Le folklore en 6 jours depuis les papiers des motos pour le ferry jusqu'au retour de nuit en passant par les montagnes, les villages, les plages, les dauphins, les routes et les chemins, les cultures diverses et les gens qui n'arrêtent pas de crier "HELLO" à notre passage, de vouloir nous claquer la main et de nous poser des questions. Découverte d'une île "d'où on ne voulait plus partir".

Le sommaire du voyage à Lombok.

Le départ en Ferry.

L'ouest de Lombok.

Les tissus Sasaks.

Un village Sasak.

Pause café.

Les plages du sud.

Le sud de Lombok.

La vie.

Le cimetière des chinois catholiques.

Le retour.

Mardi 26 juillet

Nous découvrons doucement l'île de Bali. Attention aux pièges à touristes. NE PAS ACCEPTER LES GUIDES pour monter sur le volcan Batur. Ce sont des bandits... Plutôt se promener sur les massifs autour où la vue est aussi belle et les chemins plus agréables.

Le lever du soleil sur le volcan Batur.

Les plages.

La région d'Ubud.

La région de Amed.

Un temple de la mer.

Tanah Lot.

Les cerf-volants.

Mattia nous quitte définitivement.

Dimanche 10 juillet

Ca y est, nous avons trouvé une villa à Bali dans le quartier de Sanur pour notre famille et nos copines... On vous laisse découvrir leurs pages.

La villa.

Les photos de florence.

Les photos de Sylvie.

Les photos de Brigitte.

Une cérémonie.

Vendredi 01 juillet

Bali, Bali, tout le monde descend... Dès notre arrivée, le ton est donné : un visa pour un mois de plus coûte 200 dollars mais en liquide. On nous donne un numéro qu'il faudra rappeller plus-tard. "No problem" semble être le mot de passe pour la bonne humeur.

Pour l'instant, après la location de la mobylette AVEC ASSURANCE, nous cherchons la maison balinéenne que tout touriste de luxe se doit de louer. Mais là, big problem : les prix sont en dollars avec beaucoup de zéros derrière et sans virgule.

Mercredi 29 juin

Nous sommes passés à l'ambassade d'indonésie où nous avons été éconduits : pas de visa touristique de plus de 30 jours et obligation de posséder un billet de retour. Ca suffit pour les étrangers que nous sommes, ils n'ont pas besoin de notre visite. Cool! Après m'être énervé contre l'administration du pays, on décide de prendre un billet d'avion aller-retour pour Kuala Lumpur/Bali afin d'assurer notre premier visa, puis on trouvera une solution sur place pour rester un mois de plus. Je me demande comment sera l'accueil aux bureaux de l'immigration...
Nous partons demain vers 12h50 locale.
On vous tiendra informé.

Lundi 27 juin

Nous devons passer à l'ambassade de l'indonésie à Kuala Lumpur pour obtenir un visa touristique de 2 mois à Bali. Nous avons d'abord pris un bateau pour joindre la presqu'île de Penang, puis un bus pour la capitale. La conduite sur route des malais est particulière et invite à la méditation.
C'est incroyable les animaux que l'on peut croiser quand on se promène à pieds : du papillon de 20 cm au varan de 2 m en passant par les singes et les scorpions, sans oublier les serpents et les oiseaux. En général, l'appareil photo est sorti quand l'animal est déjà loin...

Penang.

Un temple hindou.

Kuala lumpur.

Mardi 21 juin

Après avoir quitté Bangkok en bus et rejoint le port de Krabi afin de prendre le bateau pour l'île de Langkawi en Malaisie, nous découvrons une mangrove extraordinaire et ses habitants.

Langkawi.

La mangrove et notre coup de folie.

La maison flottante.

Langkawi Royal Yacht Club.

Je voudrais ouvrir une parenthèse pour prévenir les voyageurs qui utilisent les bus à deux étages en partance de Bangkok que leurs baggages se font fouiller pendant le trajet. En effet, l'étage du bas se transforme en salle de recherche pour devises de toutes sortes. Pour l'instant, seul l'argent est pris. Ne laissez donc rien de valeur dans vos sacs. Prevenez aussi le chauffeur et ses aides que vous êtes au courant de la magouille... Ca les fera peut-être réfléchir.

Mardi 07 juin

De retour à Bangkok pour 3 jours, nous avons besoin de nous reposer, et pour Patrick qui a eu un moment de faiblesse, de prendre quelques traitements antiparasitaires et de manger léger et sain .
Puis à nouveau le bus et le bateau pour débarquer sur l'île de Koh Phi Phi : déception malgré les eaux d'une grande beauté. En effet, les fonds d'aide récoltés après le tsunami font que les reconstructions sont rapides (pour ne pas dire baclées) et pas forcément de bon goût !
Par contre, nous avons craqué pour Maya beach, le lieu du tournage du film "la plage" avec Léonardodicaprio et Virginie Ledoyen dans les rôles principaux. Nous avons retrouvé les deux acteurs qui passaient par là incognito.

Les immeubles modernes de Bangkok.

Koh Phi Phi.

The beach.

Lundi 06 juin

Nous sommes plus ou moins obligés de repasser par Bangkok avant de descendre en Malaisie puis en Indonésie (c'est à l'ambassade de l'Indonésie à Bangkok que nous allons chercher notre visa de deux mois pour Bali).
Plutôt que de descendre d'une traite de Shianoukville à Bangkok, nous préférons faire une pause à Koh Chang, une île en développement touristique intense : le nouveau Phuket post-tsunamique. Le malheur des uns fait la richesse des autres.

Koh Chang.

Le bateau pour quitter Koh Chang.

Mercredi 01 juin

C'est à Sihanoukville, petite station balnéaire située à 230 kms au sud de Phnom Penh, que nous terminons notre séjour au Cambodge. La ville en elle même n'a rien d'attrayant, mais ses plages et ses nombreuses petites îles restent tranquilles et encore sauvages. Plus pour longtemps...

Sihanoukville.

Ballade en bateau.

Le Bokor.

Happy pizzas.

Départ pour la Thaïlande.

Lundi 30 mai

Après plus de 30 jours d'absence du site, voici enfin des nouvelles de votre vedette favorite... Nous sommes actuellement à Sihanoukville, station balnéaire du sud-cambodge. Vous découvrirez Angkor et ses temples, puis Phnom Penh la capitale. Cela pourra vous paraître compliqué à suivre mais en lisant les lignes suivantes, vous aurez les résumés de la suite de nos aventures en Thaïlande du nord, au laos et au Cambodge.

Le résumé et les photos du "raid" dans les montagnes de Chiang Mai sont en ligne.

Reprenons dès le début, juste après être arrivés au fin fond de la Thaïlande du nord-est. Et où on croyait avoir tout vu.

- Samedi 23 avril : nous avons obtenu (64 euros pour 2) par une "agence" de ChiangKhong nos visas de 15 jours pour le Laos. Départ à 10h30 de Houeisai, coté Laos en face de ChiangKhong, Thaïlande (de l'autre coté du Maekong). Nous embarquons sans le savoir dans une galère de 2 jours sur le fleuve pour rejoindre LuangPrabang. Cette galère se nomme "slow boat" (bateau lent). Deux fois 7 heures entassés à plus de 80 personnes dans une barque en bois poussée par un moteur diesel ruisselant d'effort, sans silencieux d'échappement et sans cloison de séparation. Niveau confort, une planche de bois servant de siège pour les plus chanceux et le sol ou l'arrière du bateau avec son moteur pour le reste des passagers.
Nous avons largement le temps d'admirer le paysage qui défile lentement mais le manque de confort nous empeche de l'apprécier à sa juste valeur. Une escale le premier soir dans un trou paumé "Pakbeng" où chaque villageois se fait son électricité au groupe électrogène. Bien sur les moteurs ne sont pas insonorisés et bien sur, les échappements sont libres et au choix de chacun. Une ambiance à la MadMax... surtout que les groupes ne produisent que du bruit et de la fumée : résultat, le soir, des bougies par centaines brillent sur les "étalages", dans les pieces à vivre et les terrasses des guesthouses le long de LA rue principale du village. Les Hmongs se déplacent à la lampe de poche ou au phare de mobylette. Attention, danger. Mais vers 22h, les moteurs se taisent et tout ce qui va avec... Alors une impression nous envahie : celle d'être au bout du monde. Bonne nuit à "la villa Salika"

Le slow boat.

- Dimanche 24 avril : arrivée à LuangPrabang vers 17h.
Après avoir tourné en rond dans LuangPrabang pendant plus d'une heure à la recherche d'une chambre digne de ce nom, nous échouons dans une "Guesthouse" à peu près correcte. 5 dollars la nuit.
Dévorés par les moucherons et les bestioles pendant 3 nuits, nous changeons d' hôtel pour les bungalows de Thongbay : 17 $ avec petit-déj. Ventilateur, vue sur le NamKhan en contre-bas et la vie qui va avec : (nage, pêche, nettoyage de linge, de légumes et shampoing des cheveux)
Ballades en minivan et en vélos nous font découvrir la nature environnante (grottes, chutes d'eau, villages typiques...).

LuangPrabang.

Son marché.

Ses grottes et ses cascades...

Mais nous sommes coincés dans la ville par le refus des locaux de louer des véhicules aux "farangs". Leur façon de "conduire" est incompatible avec notre notion de survie et ils déclarent de bon coeur que pour ne pas avoir d'accident nous devons utiliser leurs tuktuks, leurs minivans et leurs taxis. "Good prices, 10 dollars".
Nous pouvons aussi louer des vélos. Sans lumière, et il fait nuit à 18h.
Je propose donc un stage de conduite à LuangPrabang pour tous les maniaques du code de la route!

Je découvre petit à petit un autre aspect de la "religion" bouddhiste. Les gentils moines, à mes yeux, se sont transformés en collecteurs de fonds. Par tous les moyens, ils obtiennent des dons, des subventions ou des aides. Ils bénissent à tout va enfants, peuple, mobylettes, voitures, mariés et n'importe quoi pour n'importe quelle occasion. Leurs cérémonies sont multiples.
Les temples d'Angkor sont envahis par leurs rites et leurs symboles aux endroits les plus visibles et les plus visités. C'est par l'intermédiaire de milliers de photos qu'ils communiquent gratuitement de par le monde. Nous ne voyons plus que les boites "donation".

Les moines.

Les objets du culte.

L'aumône.

- Dimanche 1er mai : après avoir visité les grottes, les cascades, les villages et les piscines des hôtels de luxe, nous décidons de quitter LuangPrabang pour Ventiane. 7$
À contre-coup, je pense que nous avons certainement raté de belles randonnées en montagne. Manque de communication et de sérieux envers les touristes de la part des locaux, jaunes ou blancs (ou tout simplement manque de préparation du voyage... signé Nath. Il faut savoir reconnaître ses erreurs et cela fait partie du jeu!). La deuxième erreur a été celle de prendre le bus de nuit : 300 km pour 10 h de rodéo à travers les montagnes. La route n° 1 du pays est terrible, notre "chauffeur" aussi. Couché dans les virages et debout sur les bosses pour que le bus passe plus vite. Ca sentait le frein brulé. Pas moyen de fermer l'oeil. Pas moyen de se relacher un instant parce que le bus nous soulevait, nous secouait, nous tapait dans TOUS les sens et pendant TOUT le voyage. Un bon souvenir quand même.

- Lundi 02 mai vers 5h du matin.
Arrivée à Ventiane, la capitale du Laos. Un immense chantier en bordel, à moins que ce ne soit le contraire. Des véhicules partout, du monde partout, des vendeurs, des marchands, des camelots, des vendeurs furtifs (coke, marijuana, opium et jeunes filles...) dans ce grand village où l'on ne trouve rien de ce que l'on veut...
On a loué une mob 5$ et on a fait le tour de la ville et des piscines (5$) dans les hôtels de luxe.
Sabaîdee veut dire bonjour en laos. Dans les endroits à touristes, cela devenait "sabaîdee lao beer, sabaîdee cocacola, sabaîdee soda..." Super !
Nous décidons donc de passer au Cambodge pour aller voir les temples d'Angkor.
Direction l'ambassade du Cambodge où l 'on achete en 1 jour un visa pour 1 mois à 30 dollars. Troisième erreur : à l'aéroport de SiemRap, c'est fait de suite et pour 20 dollars seulement. Damned.
SiemRap est loin et nous ne voulons ni prendre le train ou le bus via Bangkok, ni le bateau (sur le Maekong). Les souvenirs sont encore trop frais! Nous prenons donc un billet d'avion. Ventiane-SiemRap : 110$ +10$ de taxe d'aéroport. Mais bon, j'aime bien voir les paysages d'en haut : c'est joli.

Pas de photos de Ventiane..

- Mercredi 04 mai.
Départ à 6h30 de Ventiane pour SiemRap. LE CAMBODGE

L'avion.

Arrivée vers 9h au Cambodge. Douaniers typiques en uniforme qui en imposent puis direction le centre-ville en moto-taxi : 1$ la moto, le sac à dos entre les jambes du conducteur et le passager derrière. Nous découvrons alors avec horreur que la conduite ici est pire que tout ce que nous avons pu voir ailleurs :
- personne ne s'arrête aux carrefours. Les files de véhicules hétéroclites (voir photos) se croisent, ou plutôt s'interpénètrent, pour se reconstruire plus loin dans la bonne direction
- tout le monde klaxonne pour passer en force sans ralentir
- les deux roues n'ont pas de rétroviseurs : trop d'accident parce que les locaux s'y admiraient sans arrêt
- pas de permis, pas d'assurance et pas de plaques d'immatriculation pour la plupart des véhicules
- la nuit, les éclairages sont inexistants, réduits ou farfelus (clignotants verts, phares clignotants, de couleur, lumieres dans les échappements, sur les cotés, sur les essuis-glaces, sous le véhicule...)
- pratiquement pas d'éclairage public
- pas de signalisation claire et lisible (bois découpé, panneaux en béton, petites pancartes...)
- la police surveille et verbalise manu militari et sans logique occidentale certains conducteurs
- et bien sur, TOUT ce qui roule, ou peut rouler, se trouve sur la route !

Photos de tout ce qui roule.

La vie à Siem Rap.

Bien sur, la location de véhicule est interdite aux étrangers.
Par plein de détails et de remarques, nous nous rendons vite compte que le seul droit que nous avons est de dépenser nos dollars le plus vite possible... "Vous êtes touristes, vous devez donc dépenser sans compter et sans réflechir". Les prix sont plus élevés pour les touristes, comme cela on gagne du temps. Et chacun sait que le temps, c'est de ...
Mais la vie à Siem Rap est cool, une fois les premiers jours passés et nos marques prises.

Vendredi 06 mai.
À 8km de Siem Rap, il y a Angkor et ses temples...

ANGKOR

Magnifique. C'est un site extraordinaire.
Pour visiter les temples : 20 $ par jour. 3 jours = 40$. 7 jours = 60$. Comme il n'y a pas de pass pour 5 jours, nous prenons le forfait 7 jours. Le premier temple est à 8 km. Programme de la journée : lever à 5 h du matin, déplacement vers le site et entre les temples en vélo de location (1$ par vélo et par jour), nous visitons 3 à 4 temples par matinée. Petit déj vers 9 h et retour vers 12 h pour échapper à la canicule. Puis douche, sieste, piscine et repas pour se coucher au plus tard vers 22h. Pour info, nous dormons avec la climatisation reglée à 28 degrés pour pouvoir dormir sans trop souffrir de la chaleur et sans exagérer la différence de température entre la chambre et l'extérieur. La journée, il fait plus de 40° à l'ombre!

À chaque entrée de temple, un parking obligatoire pour les véhicules.
Sur chaque aire, des dizaines de stands d'où des enfants, des ados, des filles et des femmes jaillissent pour vous agripper jusqu'à ce que vous leurs achetiez quelque chose : de l'eau, des tee-shirt, des flutes, des cartes postales, du soda, des livres, des sandwichs, des bracelets, du coca, des bibelots, des objets en bois, en papier...
"Buy some thing to me, please mister, buy me something, only 1$, when you come back you buy some thing to me ? You promise, please mister, give me monney...pleaze, pliiize"
Bonjour l'ambiance. Le premier jour est rude, puis on s'y fait et on devient zen pour ensuite en rire et plaisanter avec certain. Nous sommes privilégiés car à 6 h du matin les parkings sont vides : les stands s'installent et les vendeurs ne commencent le "forcing" qu'à partir de 10 h, dès l'arrivée des premiers bus de touristes...

Nous passons de longs et grands moments à admirer ces vestiges d'un autre monde...

Magnifiques photos classées par temple. Le choix a été difficile. Les plus connus sont Angkor Wat, Bayon et Ta Keo.

Les marchands, leurs stands, leurs enfants et tout le reste.

Les touristes.

Vendredi 13 mai.
À une 20aine de km de Siem Rap se trouve le plus grand lac du cambodge et une des plus grande réserve de poissons du monde. Ce lac augmente de 4 fois sa superficie pendant la saison des pluies.Cet extraordinaire écosystème a été classé réserve de biosphère par l'Unesco..c'est peu dire! Paradis des pêcheurs, ce lac abrite des villages de bois et de bambou qui se déplacent au rythme des moussons. Au bord du lac, un petit village de pêcheurs, très pauvre, flottant que l'on doit visiter en barque (10$ par personne pour 1h30 plus le pourboire pour les commentaires 2$)...
Je vous laisse deviner les impressions du touriste pris au piège, après 30 mn de tuktuk (5$), une crevaison, le trajet à 3 sur la mob (sans repose-pied pour tous les pieds) ...et bien non ce spectacle plein de couleurs et de gaieté nous a râvi.

Le lac "Tonlé Sap" et son village de pêcheurs.

Vendredi 22 avril

Nous sommes à Chiang Khong. Pour ceux à qui ce nom ne veut rien dire, Chiang Khong (Triangle d'or), est sur la rive sud du Maekong, ce grand fleuve venant du Thibet par la Chine et qui sépare la Thaïlande du Laos et du Cambodge. C'est le seul "point frontière" du nord où l'on peut négocier en deux jours son visa. Demain, le "slow boat" nous emmenera en deux jours à Luanprabang, la ville la plus jolie du Laos...
La chaleur devient difficilement supportable et les moustiques très chiants, surtout à la tombée de la nuit. Je suis bien content de ma moustiquaire, qui nous permet de dormir la porte et les fenêtres ouvertes, pour profiter de la "fraicheur" de la nuit.

ChiangKhong avec le "Bamboo riverside guesthouse" à 250 bath.

Semaine du 17 au 21 avril.

La frontière Myanmar (Birmanie) est dangereuse. Les routes qui la longent peuvent être empruntées par des trafficants de tous poils, par des factions armées non contrôlées, par des tribus révoltées, par des tarés en plein délire... Nous avons donc loué un 4X4 susuki spécial touristes, suivi les routes frontalières et avons rencontré plein de gens gentils, des producteurs de lytchees, des soldats aimables, des cueilleurs de thé et des commerçants affables.

Si vous voulez voir des paysages et des montagnards (montain tribe), cliquez sur :
"raid en 4X4!!!" le long du Myanmar.

Maesai, la ville la plus au nord de la Thaïlande.

Quelques panneaux sur la route.

Nous avons trouvé un hotel sympa du coté de Chiang Rai.

Retour au début de cette page pour le résumé des derniers jours.

Lundi 11 avril

Après être restés 6 jours à bangkok, nous prenons le train de nuit à la gare de Hualampong pour la ville de Chiang Mai. Nous recherchons la "fraîcheur" et le "calme" dans les montagnes du nord de la Thaïlande. Le hasard fait que c'est le haut lieu des "jours de l'eau", fête de la nouvelle année. Nous sommes en 2548 et tout le monde se jette à la figure des baquets, des seaux, des sachets, tout ce qui contient ou projette de l'eau...
Nathalie rase les murs en attendant notre super trek en 4X4 dans les montagnes. Le départ est prévu pour jeudi 09 heures local. À suivre...

Le train "express".

Wat Chiang Man.

Mountain View Hôtel.

4X4 à Chiang Mai.

Retour au début de page pour la suite.

Mardi 05 avril

Bangkok, nous sommes à bangkok, la capitale de la Thaïlande et de la vente de n'importe quoi à n'importe quel prix. Nous intégrons très vite le système et comprenons que pour faire VRAIMENT des affaires, il faut être très fort en négotiation et être bien informé sur la qualité et la provenance des articles à acheter. En général, le nouveau venu est un acheteur compulsif par rapport à son pouvoir d'achat, puis il "pête un cable" en découvrant la réelle valeur des choses pour enfin devenir blasé quand il se rend compte que la vraie "bonne affaire" n'existe pas...

Bangkok
Lundi 04 avril

Nous quittons les îles pour le continent...

Le trajet
Vendredi 1er avril

Nous avons rencontré un couple de français très sympatique (Dominique et Amina) et ensemble, nous décidons de pratiquer la randonnée marine avec masque et tuba. Dominique est un plongeur autonome qui a pratiqué la plongée dans plusieurs mers du globe. Nous avons tout de suite confiance en lui et le suivons en canoé pour mouiller auprès d'une île rocheuse au nom accueillant de Shark Island.
"l'ile aux requins" est à peu-près à 1km de la côte mais le fond marin où nous évoluons n'est pas profond (entre 3 et 10m de profondeur). Par contre, sur le coté face au large et à la houle, le fond est beaucoup moins plat et glisse rapidement vers les profondeurs. La mer devient bleu-foncé, Nath et moi suivons de près Dominique toujours à l'aise, comme un poisson dans l'eau...
Des poissons par centaine, de toutes les couleurs et de toutes les formes, du corail, des anémones et même des barracudas; ce fut une journée de bonheur et de découverte. Amina et Dominique ont un numérique étanche dont voici les photos :

Le "snorkeling"
Mercredi 30 mars

Nous avons suivi la direction Nord pour accoster à Koh Tao, petite île où les activités sont axées sur la plongée en bouteille et en apnée. Bungalows accrochés aux rochers sur la plage face au soleil couchant, on reste dans la carte postale.

Les bungalows de Taa Toh lagoon.
Connexion samedi 09 avril 2005